Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Fortes chaleurs : Effets physiologiques et risques pour la santé

Fortes chaleurs : Effets physiologiques et risques pour la santé

De nombreux salariés doivent travailler par fortes chaleurs, à l'extérieur ou à leur poste de travail, liée directement à leur activité professionnelle ou au climat. Ils sont par conséquent exposés à des risques pour leur santé parfois graves et à des AT (accidents de travail).

Ce dossier présente les effets physiologiques de la chaleur sur le corps humain et les risques pour la santé des salariés exposés. Les différents paramètres des échanges thermiques et leurs mécanismes sont également présentés.

L'évaluation des risques professionnels (EvRP) peut se faire à partir de la mesure de la contrainte thermique ou de la détermination de l'astreinte thermique au poste de travail.

La prévention fait appel à des actions techniques, organisationnelles et personnelles, s'appuyant sur des dispositions réglementaires spécifiques et sur le rôle des services de santé au travail inter-entreprises (SSTI).

 

Travailleur isolé : Est-il interdit dans certaines situations ?

Travailleur isolé : Est-il interdit dans certaines situations ?

Le travail isolé se définit par la réalisation d’une tâche dans un environnement de travail où l’on ne peut être vu ou entendu directement par d’autres personnes, et où la probabilité de visite est faible.

Travailler seul multiplie les contraintes de travail et augmente la difficulté de porter secours lorsqu’un incident ou un accident survient. La réglementation ne limite le travail isolé que dans certaines situations spécifiques, pour lesquelles l’isolement constitue un risque susceptible d’aggraver les dommages après un accident.

C’est le cas par exemple des travaux dans les ascenseurs (articles R.4543-19 et suivants du Code du travail), des travaux temporaires en hauteur (article R.4323-61), des travaux en milieu hyperbare (article R.4461-40)... Une interdiction de travail isolé plus étendue vise les interventions d’entreprises extérieures dans un établissement puisqu’elle s’étend à toutes les activités : lorsque l’opération est exécutée de nuit ou dans un lieu isolé ou lorsque l’activité de l’entreprise utilisatrice est interrompue, le chef de l’entreprise extérieure doit prendre des mesures nécessaires pour qu’aucun salarié ne travaille isolément en un point où il ne pourrait être secouru dans un bref délai (article R.4512-13).

D’une façon générale, le travail isolé doit être évité autant que possible. L’employeur doit en conséquence analyser les situations de travail isolé et les risques auxquels les salariés concernés peuvent être exposés, dans le cadre de son évaluation des risques. Il lui appartient de prendre les mesures de prévention et d’organisation des secours à mettre en œuvre. La démarche de prévention suppose d’agir sur l’organisation du travail, ainsi que sur l’information et la formation des travailleurs. Des mesures doivent être également adoptées pour améliorer à la fois l’organisation des secours (alerte, premiers secours, guidage des secours extérieurs…).

La formation à la sécurité

La formation à la sécurité

Quelles sont les obligations de l’employeur en matière d’information et de formation des travailleurs à la sécurité ?

Dans le cadre de son obligation générale de sécurité concernant la santé et la sécurité de ses salariés, l’employeur doit informer et former ses salariés afin qu’ils puissent prendre les précautions nécessaires pour préserver leur propre sécurité mais aussi celle des autres travailleurs. L’information doit permettre aux salariés de connaître les risques présentés par leur situation de travail.

Après avoir procédé à l’évaluation des risques, il appartient ainsi à l’employeur d’organiser et de dispenser une information aux travailleurs sur les risques pour leur santé et leur sécurité et sur l’intérêt des mesures prises pour y remédier, en s’assurant que cette information soit compréhensible pour chacun.

Des dispositions générales relatives à l’information sont prévues par le Code du travail concernant notamment :

l’accès au document unique d’évaluation des risques, les mesures de prévention identifiées dans ce document;

le rôle du service de santé au travail et, le cas échéant, des représentants du personnel et les dispositions relatives à la santé et à la sécurité figurant dans le règlement intérieur lorsqu’il existe;

les consignes de sécurité incendie et instructions d’évacuation et les personnes chargées de les mettre en œuvre.

Des dispositions spécifiques à l’information sur certains risques viennent également compléter cette information générale: information sur le risque chimique, sur le bruit, sur la manutention manuelle, sur les vibrations, etc... Après avoir été informés sur les risques, les salariés doivent être formés aux mesures leur permettant de s’en prémunir.

C’est sur l’employeur que pèse l’obligation d’organiser la formation à la sécurité des salariés. Cette formation doit être pratique et appropriée aux risques auxquels ils sont exposés.

La formation à la sécurité comprend deux volets :

une formation générale à la sécurité applicable à tous les salariés portant sur les conditions de circulation dans l’entreprise, les conditions d’exécution du travail et la conduite à tenir en cas d’accident ou de sinistre;

des actions particulières de formation en fonction des risques constatés dans l’entreprise.

Pour suivre une formation à la sécurité, ou devenir Formateur dans cette thématique, contactez nous au 09 83 77 91 44 ou sur info@FranceSST.com

Un DUER souvent absent !

Selon la dernière étude DARES, seulement 33% des collectivités territoriales ont élaboré un Document Unique (DUER) !

Pour bien identifier tous les risques encourus sur le lieu de travail et conduire des actions de prévention, l’employeur doit élaborer un document unique d’évaluation des risques (DUER). Ce document doit être mis à jour au moins une fois par an et revu après chaque accident du travail. En pratique, seuls 46 % des responsables d’établissements disent avoir élaboré ou actualisé un DUER au cours des 12 mois précédant l’enquête. Dans la fonction publique, en particulier, cette évaluation n’est pas toujours disponible : 75 % des établissements de la FPH l’ont faite, mais seulement 51 % des établissements de la FPE et 33 % des collectivités territoriales (FPT).

Étonnant quand on sait que ce document est soumis à une amende de 1.500€ en cas d'absence (ou de non actualisation annuelle) et qu'il est obligatoire pour toutes les entreprises d'au moins 1 salarié depuis le 5 novembre 2001.

Si vous souhaitez donc créer le vôtre, le réactualiser ou tout simplement proposer cette prestation à vos clients... Participez à la formation d'AUDITEUR / RÉDACTEUR DE DOCUMENT UNIQUE (DUER) sur 4 jours, éligible aux différentes prises en charge OPCA, CPF/DIF.
Animée par notre équipe pédagogique composée d'un inspecteur du travail, d'un avocat spécialisé et d'un formateur de formateurs spécialisé, cette formation vous permettra de développer toutes les compétences nécessaires à l'élaboration de ce document majeur.

Début de la prochaine formation : Lundi 3 Octobre 2016
Inscriptions sur info@francesst.com ou 06 75 55 89 74.