68 % de survie suite à un arrêt cardiaque dans un contexte sportif

68 % de survie suite à un arrêt cardiaque dans un contexte sportif

Les chiffres parlent d'eux-mêmes ! Une étude française du Centre d’expertise de la mort subite (AP-HP - Inserm - Université de Paris) vient de paraître dans le Journal of the American College of Cardiology. En effet, la survie en cas d’arrêt cardiaque dans un contexte sportif a plus que doublé entre 2005 et 2018, passant de 28,3 % en 2005-2007 à 66,7 % en 2016-2018.

Les chercheurs ont analysé l’issue des arrêts cardiaques dans le milieu sportif en Île-de-France entre 2005 et 2018, au regard de deux paramètres: l’intervention rapide par massage cardiaque d’une personne témoin du malaise et le recours à un défibrillateur automatisé externe (DAE), dont l’usage par le grand public est autorisé depuis 2007.

Les résultats sont réjouissants: la survie en cas d’arrêt cardiaque dans un contexte sportif (pendant la session ou dans l’heure qui suit), qu’il soit récréatif ou de compétition, a plus que doublé sur la période mentionnée plus haut. Formez-vous au Secourisme !

Ce progrès considérable peut être mis en regard d’une volonté convergente des pouvoirs publics, fédérations sportives et sociétés savantes de cardiologie dans les années 2000 de former plus de Français aux gestes qui sauvent. Dans l’entourage des sportifs, en tout cas, le début d’un massage cardiaque par des personnes témoins d’un arrêt du cœur est passé sur la période étudiée de 34,9 % au taux très élevé de 94,7 %.

Malgré leur présence croissante sur le territoire, le recours à un DAE lors d’un malaise reste moins fréquent: 1,6 % en 2005-2007, et 28,8 % en 2016-2018, avec des progrès notables à partir de 2012. Mais «cela ne devrait pas remettre en cause l’intérêt de déployer des DAE, parce qu’un laps de temps est généralement nécessaire pour observer les bénéfices d’une intervention de santé publique», relèvent les auteurs de l’étude du Journal of the American College of Cardiology. Lire aussi > Géo'DAE, la base nationale des défibrillateurs

«Les arrêts cardiaques de sportifs qu’on imagine en bonne santé marquent les esprits, mais l’enseignement de cette étude s’applique à toutes les morts subites, y compris celles qui ne surviennent pas pendant une activité sportive, souligne le Professeur Marijon, qui a dirigé cette étude. Ce qu’il faut en retenir, c’est l’impact colossal de la formation au massage cardiaque et du recours au DAE.» (Consultez ici toutes les formations > Secourisme).

À titre de comparaison, à Paris et sa petite couronne, hors milieu sportif, le taux de survie en cas d’arrêt cardiaque n’est que de 5 %. C’est aussi la moyenne nationale, avec toutefois de fortes disparités: les départements du Nord ou de la Côte d’Or affichaient des taux de survie de 40 % dans une étude antérieure menée de 2005 à 2010.

Une sensibilisation de deux heures, à renouveler régulièrement, peut suffire pour apprendre les rudiments du massage cardiaque, sans bouche-à-bouche, explique le Docteur Pascal Cassan, médecin conseiller national CRF. Devant une personne qui s’effondre et ne respire plus, il ne faut pas hésiter: appeler les secours et commencer à masser «2 pressions par seconde». (Ndlr : Formations Secourisme).

Et si l’on doute de sa technique, il faut garder en tête que «mal masser vaut mieux que ne pas masser du tout», rappelle Pascal Cassan. Chaque minute qui passe sans massage cardiaque réduit de 10 % les chances de survie de la victime. Il existe par ailleurs des applications pour smartphones qui permettent de localiser les DAE les plus proches.

L’étude plaide aussi en faveur d’un effort accru de prévention. Si le public est surtout frappé par ces jeunes athlètes qui s’effondrent en plein match, comme le footballeur danois Christian Eriksen lors de l’Euro l’an dernier, ce n’est pas le cas de figure le plus fréquent. De façon stable sur les treize années couvertes par l’étude, les victimes sont à 95 % des hommes d’environ cinquante ans qui souffrent de maladies coronaires (obstruction des vaisseaux du cœur).

Des travaux antérieurs de la même équipe montrent d’ailleurs que la moitié des victimes d’arrêt cardiaque ont présenté des symptômes caricaturaux les jours précédents (essoufflement durable, douleur intense en étau au niveau du cœur), et que la moitié des victimes ont un historique connu de maladies cardiovasculaires. «Or on dispose de moyens de diagnostic et préventifs pour ces maladies, souligne le Professeur Toussaint. Faire du sport est plus que jamais bénéfique pour la santé, mais lorsque l’on reprend après un long arrêt passé 40 ans, il est important de consulter un médecin. Des examens approfondis pourront être prescrits si l’on présente, outre l’âge, un facteur de risque: hypertension, diabète, tabagisme, obésité…».

SECOURISME > Nouveaux appareils de formation

SECOURISME > Nouveaux appareils de formation

Lors des prises de mesures électroniques des paramètres vitaux, deux problématiques majeures de crédibilité sont souvent constatées en formation puisque de véritables appareils opérationnels sont utilisés (tensiomètre, oxymètre de pouls, thermomètre, etc...).

Ainsi, les valeurs relevées sont "faussement bonnes" et les formateurs doivent indiquer à l’oral une autre valeur (85% de saturation au lieu des 98% affiché, 8/4 de tension au lieu de 12/8 affiché, etc...). Par conséquent, l’intervention du formateur pour corriger une « vraie fausse valeur indiquée » est peu pédagogique et le stagiaire marque souvent un temps d’arrêt en stoppant la dynamique de la conduite à tenir choisie.

C’est pour ces raisons, que J. MITTEREAU (SDIS 36), Biolink System et Emergency Material Group France ont développé des appareils électroniques de simulation, réglables à la demande, via une application sur smartphone. Plus d’un an après les premiers contacts, un tensiomètre, un thermomètre et un oxymètre de pouls sont désormais commercialisés et pilotables via l’application Rescue Learn (sur Android).

Le formateur peut ainsi créer à l’avance son scénario et accoupler les appareils, afin que le stagiaire une fois en situation, lisent directement les valeurs simulées sur l’appareil (avec une potentielle valeur critique sur la « fausse victime ») et puisse déterminer avec précision et sans interruption la parfaite conduite à tenir (administration d’oxygène, position d’attente, etc...).

Ces paramètres sont modifiables en temps réel et en fonction de la situation et le formateur peut même rendre la lecture non fiable à l’aide d’un curseur de fiabilité, si l’appareil est mal positionné. Par conséquent, le stagiaire est immergé au plus près dans la réalité de l’intervention et le formateur peut réellement évaluer les compétences du stagiaire à agir... et à réagir !

Enfin, l’application permet de créer des fiches d’évaluation en PDF qui pourront être envoyées ultérieurement à l’équipe pédagogique. Pour conclure, et se tourner vers l’avenir, les développeurs travaillent actuellement à l’ajout d’appareils supplémentaires comme le glucomètre, de détecteur de monoxyde de carbone, déclenchable à distance, ainsi que des mesures de gaz pour le domaine incendie.

Félicitations et bonne chance à eux.

France SST, le 27 janvier 2022

Retard de formations aux gestes qui sauvent chez les Français

Retard de formations aux gestes qui sauvent chez les Français

Près d'un Français sur trois déclare ne pas savoir effectuer le moindre geste de premiers secours. Un chiffre qui place la France loin derrière ses voisins, alors que de nombreux décès peuvent être évités.

Pour les stagiaires des formations secourisme, le geste du massage cardiaque est essentiel pour leur avenir professionnel et pour la santé de leurs clients. "On a constaté qu'en France, il y a eu beaucoup de retard sur cette formation", explique l'un d'eux, chauffeur de bus. Le nombre de Français suivant les formations de premiers secours est en baisse, passant de 749 000 en 2019 à 383 000 en 2020. Nombreux d'entre eux assument ne pas maîtriser ces gestes.

Extrait du JT du 23 octobre 2021 sur France 2 :

29% des adultes ne maîtrisent pas les gestes qui sauvent

D'après les chiffres, près de 29% des adultes assument ne pas maîtriser les gestes de premiers secours, et seuls 36% se sentent capables de les appliquer. L'objectif est d'égaler le niveau de l'Allemagne ou des pays scandinaves, où près de 80% de la population est formée aux gestes de premiers secours. "Les pays du Nord ont cette culture de l'apprentissage du geste qui sauve", explique un responsable des formations aux premiers secours. Parmi les pistes pour améliorer les chiffres : former des Formateurs SST et multiplier les citoyens sauveteurs et les Sauveteurs Secouristes du Travail (SST).

Plus d'informations sur l'offre globale de formation du Centre National France SST : www.FranceSST.com

> Le 23 octobre 2021

Géo’DAE > La base nationale des défibrillateurs

Géo’DAE > La base nationale des défibrillateurs

Prévu par l'Arrêté du 29 octobre 2019 relatif au fonctionnement de la base de données nationale des défibrillateurs automatisés externes (DAE), le portail Géo'DAE représente la base de données nationale des défibrillateurs recensés en France.

La règlementation en 3 points

La loi du 28 juin 2018 relative aux défibrillateurs cardiaques a eu trois principales répercussions règlementaires sur cette implantation :
- Tout d'abord, le décret du 19 décembre 2018 a imposé la mise en place des DAE pour les Etablissements Recevant du Public (ERP) ;
- Puis, un renforcement de la signalétique a été identifié par le Décret du 19 décembre 2018 ;
- Enfin, le Décret du 27 décembre 2018 précise la création d’une base nationale des DAE.

Le citoyen sauveteur

La loi du 3 juillet 2020, a créé le statut de citoyen sauveteur. Elle vise à encourager les personnes témoin d’un arrêt cardiaque à effectuer les gestes qui sauvent afin de lutter contre l’arrêt cardiaque. Le statut exonère le citoyen sauveteur de toute responsabilité civile pour le préjudice qui résulte pour la victime de son intervention (sauf faute intentionnelle ou caractérisée). Toute personne portant assistance de manière bénévole à une personne en situation apparente de péril grave et imminent. Les gestes qui caractérisent le citoyen sauveteur sont la pratique du massage cardiaque, l’utilisation du défibrillateur cardiaque ou tout autre geste de premiers secours.

Qui doit s'équiper d'un DAE ?

A partir du 1er janvier 2022, tous les Établissements Recevant du Public (ERP) devront s’équiper d’un DAE.

 

Une fois équipé, que doit-on faire ?

1 - La déclaration

Pour participer activement à la géolocalisation, les informations relatives à l’accessibilité et à la localisation de vos DAE sont à déclarer au sein de la base nationale : https://geodae.atlasante.fr

2 - La signalisation

Une signalétique adaptée doit permettre à tout témoin d’un arrêt cardiaque de s’orienter rapidement vers le DAE le plus proche.

3 - La maintenance

Le DAE est un dispositif médical soumis à une obligation de maintenance. Veuillez vous référer aux recommandations du fabricant et de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé.

Quels bénéfices ?

Vous intégrez dans votre démarche de responsabilité sociétale des enjeux de santé publique.

Vous participez activement à l’augmentation des chances de survie lors d’un arrêt cardiaque.

Pour en savoir plus, consultez les formations secourisme du Centre National France SST :

SST > L’INRS annonce la fin de la dérogation pour les Formateurs

SST > L’INRS annonce la fin de la dérogation pour les Formateurs

L'information est apparue sur Quickplace, lundi 12 juillet : la dérogation exceptionnelle permettant aux Formateurs SST d'exercer leur activité sans être à jour de leur Maintien et Actualisation des Compétences, n'est plus d'actualité.

En effet, dans le contexte particulier de la crise sanitaire, une dérogation exceptionnelle avait été mise en place par l'INRS en 2020. Celle-ci permettait aux formateurs qui devaient renouveler leur certificat d'animer des stages jusqu'au 30 juin 2021, bien qu'étant hors délai, sous réserve de s'inscrire dès que possible à un MAC.

Cette dérogation n'est pas reconduite en l'état.

Toutefois, des difficultés d'inscription en MAC pouvant néanmoins perdurer en raison de la situation sanitaire, les Formateurs SST concernés peuvent se rapprocher de leur caisse de rattachement (CARSAT, CRAMIF ou CGSS) qui pourra étudier les situations au cas par cas, notamment si des formations sont prévues dans la période précédant le suivi du stage de Maintien et Actualisation des Compétences.

CM France SST,
Lundi 12 Juillet 2021

Si vous souhaitez plus d'informations, venez échanger avec nos Formateurs de formateurs SST lors de nos prochaines sessions :

SST > Sortie du nouveau Cahier des charges INRS

SST > Sortie du nouveau Cahier des charges INRS

Comme annoncé dans notre précédent article, l'association INRS vient de sortir la version 5 du Cahier des charges SST. En effet, un an et demi après la précédente version 4 de janvier 2020, plusieurs évolutions font leurs apparitions. Voici les éléments essentiels de cette nouvelle version.

Déroulés pédagogiques et programmes

Les DP et programmes ne sont plus à transmettre pour les demandes d'habilitations de Niveau 1 (Acteurs SST) pour les OPAC (Ex-OF), les entreprises et les collectivités, mais doivent être toutefois présents dans ces entités. De plus, il est rappelé que ces documents doivent être mis à jour pendant la durée de l’habilitation, au gré des évolutions du dispositif (document de référence, grilles de certification...).

Précisions des contenus

Les éléments constitutifs des programmes ont été précisés, notamment sur les modalités d'organisation. Pour les déroulés pédagogiques (DP), les critères ont été mis à jour, en tenant compte de la nouvelle trame de DP qui vient d'être proposée par l'INRS. En effet, même si la forme des déroulés reste libre et à la main de l’entité, la rédaction sous forme de tableau est une préconisation permettant de faciliter le travail d’analyse. Pour aider les entités à répondre à cette recommandation, une proposition de trame de déroulé est dorénavant fournie par l'institut.

Il est maintenant précisé, que les déroulés doivent comporter une séquence d’ouverture et de clôture, et faire apparaître les pauses (celles du matin et de l’après-midi étant comprises dans la durée de la formation).

Enfin, il est maintenant mentionné d’insérer en début de document un récapitulatif permettant de visualiser l’articulation par demi-journée et d’être concis, précis et clair, en utilisant une page maximum par séquence et 4 pages maximum pour une journée. La numérotation des pages est également conseillée ainsi que l'attribution d'un numéro de version et une date, le tout avec une taille de police de caractère suffisamment lisible est demandée.

> Centre National France SST,
Lundi 28 juin 2021.

Pour échanger avec nos formateurs de formateurs SST et obtenir plus d'informations, participez à nos prochaines sessions de MAC :