Retard de formations aux gestes qui sauvent chez les Français

Retard de formations aux gestes qui sauvent chez les Français

Près d'un Français sur trois déclare ne pas savoir effectuer le moindre geste de premiers secours. Un chiffre qui place la France loin derrière ses voisins, alors que de nombreux décès peuvent être évités.

Pour les stagiaires des formations secourisme, le geste du massage cardiaque est essentiel pour leur avenir professionnel et pour la santé de leurs clients. "On a constaté qu'en France, il y a eu beaucoup de retard sur cette formation", explique l'un d'eux, chauffeur de bus. Le nombre de Français suivant les formations de premiers secours est en baisse, passant de 749 000 en 2019 à 383 000 en 2020. Nombreux d'entre eux assument ne pas maîtriser ces gestes.

Extrait du JT du 23 octobre 2021 sur France 2 :

29% des adultes ne maîtrisent pas les gestes qui sauvent

D'après les chiffres, près de 29% des adultes assument ne pas maîtriser les gestes de premiers secours, et seuls 36% se sentent capables de les appliquer. L'objectif est d'égaler le niveau de l'Allemagne ou des pays scandinaves, où près de 80% de la population est formée aux gestes de premiers secours. "Les pays du Nord ont cette culture de l'apprentissage du geste qui sauve", explique un responsable des formations aux premiers secours. Parmi les pistes pour améliorer les chiffres : former des Formateurs SST et multiplier les citoyens sauveteurs et les Sauveteurs Secouristes du Travail (SST).

Plus d'informations sur l'offre globale de formation du Centre National France SST : www.FranceSST.com

> Le 23 octobre 2021

Géo’DAE > La base nationale des défibrillateurs

Géo’DAE > La base nationale des défibrillateurs

Prévu par l'Arrêté du 29 octobre 2019 relatif au fonctionnement de la base de données nationale des défibrillateurs automatisés externes (DAE), le portail Géo'DAE représente la base de données nationale des défibrillateurs recensés en France.

La règlementation en 3 points

La loi du 28 juin 2018 relative aux défibrillateurs cardiaques a eu trois principales répercussions règlementaires sur cette implantation :
- Tout d'abord, le décret du 19 décembre 2018 a imposé la mise en place des DAE pour les Etablissements Recevant du Public (ERP) ;
- Puis, un renforcement de la signalétique a été identifié par le Décret du 19 décembre 2018 ;
- Enfin, le Décret du 27 décembre 2018 précise la création d’une base nationale des DAE.

Le citoyen sauveteur

La loi du 3 juillet 2020, a créé le statut de citoyen sauveteur. Elle vise à encourager les personnes témoin d’un arrêt cardiaque à effectuer les gestes qui sauvent afin de lutter contre l’arrêt cardiaque. Le statut exonère le citoyen sauveteur de toute responsabilité civile pour le préjudice qui résulte pour la victime de son intervention (sauf faute intentionnelle ou caractérisée). Toute personne portant assistance de manière bénévole à une personne en situation apparente de péril grave et imminent. Les gestes qui caractérisent le citoyen sauveteur sont la pratique du massage cardiaque, l’utilisation du défibrillateur cardiaque ou tout autre geste de premiers secours.

Qui doit s'équiper d'un DAE ?

A partir du 1er janvier 2022, tous les Établissements Recevant du Public (ERP) devront s’équiper d’un DAE.

 

Une fois équipé, que doit-on faire ?

1 - La déclaration

Pour participer activement à la géolocalisation, les informations relatives à l’accessibilité et à la localisation de vos DAE sont à déclarer au sein de la base nationale : https://geodae.atlasante.fr

2 - La signalisation

Une signalétique adaptée doit permettre à tout témoin d’un arrêt cardiaque de s’orienter rapidement vers le DAE le plus proche.

3 - La maintenance

Le DAE est un dispositif médical soumis à une obligation de maintenance. Veuillez vous référer aux recommandations du fabricant et de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé.

Quels bénéfices ?

Vous intégrez dans votre démarche de responsabilité sociétale des enjeux de santé publique.

Vous participez activement à l’augmentation des chances de survie lors d’un arrêt cardiaque.

Pour en savoir plus, consultez les formations secourisme du Centre National France SST :

SST > L’INRS annonce la fin de la dérogation pour les Formateurs

SST > L’INRS annonce la fin de la dérogation pour les Formateurs

L'information est apparue sur Quickplace, lundi 12 juillet : la dérogation exceptionnelle permettant aux Formateurs SST d'exercer leur activité sans être à jour de leur Maintien et Actualisation des Compétences, n'est plus d'actualité.

En effet, dans le contexte particulier de la crise sanitaire, une dérogation exceptionnelle avait été mise en place par l'INRS en 2020. Celle-ci permettait aux formateurs qui devaient renouveler leur certificat d'animer des stages jusqu'au 30 juin 2021, bien qu'étant hors délai, sous réserve de s'inscrire dès que possible à un MAC.

Cette dérogation n'est pas reconduite en l'état.

Toutefois, des difficultés d'inscription en MAC pouvant néanmoins perdurer en raison de la situation sanitaire, les Formateurs SST concernés peuvent se rapprocher de leur caisse de rattachement (CARSAT, CRAMIF ou CGSS) qui pourra étudier les situations au cas par cas, notamment si des formations sont prévues dans la période précédant le suivi du stage de Maintien et Actualisation des Compétences.

CM France SST,
Lundi 12 Juillet 2021

Si vous souhaitez plus d'informations, venez échanger avec nos Formateurs de formateurs SST lors de nos prochaines sessions :

SST > Sortie du nouveau Cahier des charges INRS

SST > Sortie du nouveau Cahier des charges INRS

Comme annoncé dans notre précédent article, l'association INRS vient de sortir la version 5 du Cahier des charges SST. En effet, un an et demi après la précédente version 4 de janvier 2020, plusieurs évolutions font leurs apparitions. Voici les éléments essentiels de cette nouvelle version.

Déroulés pédagogiques et programmes

Les DP et programmes ne sont plus à transmettre pour les demandes d'habilitations de Niveau 1 (Acteurs SST) pour les OPAC (Ex-OF), les entreprises et les collectivités, mais doivent être toutefois présents dans ces entités. De plus, il est rappelé que ces documents doivent être mis à jour pendant la durée de l’habilitation, au gré des évolutions du dispositif (document de référence, grilles de certification...).

Précisions des contenus

Les éléments constitutifs des programmes ont été précisés, notamment sur les modalités d'organisation. Pour les déroulés pédagogiques (DP), les critères ont été mis à jour, en tenant compte de la nouvelle trame de DP qui vient d'être proposée par l'INRS. En effet, même si la forme des déroulés reste libre et à la main de l’entité, la rédaction sous forme de tableau est une préconisation permettant de faciliter le travail d’analyse. Pour aider les entités à répondre à cette recommandation, une proposition de trame de déroulé est dorénavant fournie par l'institut.

Il est maintenant précisé, que les déroulés doivent comporter une séquence d’ouverture et de clôture, et faire apparaître les pauses (celles du matin et de l’après-midi étant comprises dans la durée de la formation).

Enfin, il est maintenant mentionné d’insérer en début de document un récapitulatif permettant de visualiser l’articulation par demi-journée et d’être concis, précis et clair, en utilisant une page maximum par séquence et 4 pages maximum pour une journée. La numérotation des pages est également conseillée ainsi que l'attribution d'un numéro de version et une date, le tout avec une taille de police de caractère suffisamment lisible est demandée.

> Centre National France SST,
Lundi 28 juin 2021.

Pour échanger avec nos formateurs de formateurs SST et obtenir plus d'informations, participez à nos prochaines sessions de MAC :

Les points clés des nouvelles recommandations internationales

Les points clés des nouvelles recommandations internationales

Sorties fin 2020, France SST vous propose ici un résumé des recommandations internationales ILCOR (International Liaison Committee on Resuscitation) en matière de premiers secours. Cet article a été élaboré pour que les secouristes et les formateurs en premiers secours prennent connaissance de la justification des recommandations qui aboutissent ou aboutiront à des changements dans l'enseignement et/ou la pratique des premiers secours.

Nota bene : C'est uniquement le texte de référence propre au dispositif enseigné (PSC1, SST, SIT, etc...) qui prime en fonction de la loi locale. En effet, ceci correspond aux lignes directives internationales soumises aux comités continentaux (ERC, AHA, NZRC, etc...) qui les transmettrons ensuite aux Observatoires Nationaux respectifs afin d'en décliner les référentiels correspondants.

Puisque cet article France SST est un résumé, il ne contient pas de renvois aux études publiées à l’appui et n’indique pas les catégories de recommandations et les niveaux de preuve. Pour obtenir des renseignements et des références supplémentaires, veuillez prendre connaissance des mises à jour ciblées de 2020 et du résumé détaillé des données scientifiques des premiers soins dans le International Consensus on First Aid Science With Treatment Recommendations (consensus international de 2020 sur les données scientifiques de premiers soins avec recommandations de traitement).

Informations générales ILCOR

Toute personne peut prodiguer des premiers soins dans toute situation. Les caractéristiques générales de la prestation des premiers soins, à n’importe quel niveau de formation, comprennent la reconnaissance, l’évaluation et le classement par ordre de priorité de la nécessité de prodiguer les premiers soins ; la prestation des soins en utilisant les compétences appropriées ; la reconnaissance des limites et le recours à un traitement supplémentaire au besoin, comme l’activation des services médicaux d’urgence (SMU) ou le recours à une autre aide médicale.

Les mises à jour internationales de fin 2020 comportent des recommandations relatives aux éléments suivants : reconnaître l’AVC, fournir de l’oxygène d’appoint aux personnes chez lesquelles on soupçonne un AVC, offrir de l’aspirine aux personnes qui ont une douleur thoracique, offrir du glucose aux personnes chez lesquelles on soupçonne une hypoglycémie, les moyens de stopper une hémorragie mettant en jeu le pronostic vital, l’utilisation de bandages compressifs pour traiter une lésion articulaire fermée à une extrémité et des techniques de refroidissement en cas d’hyperthermie d’effort ou d’un coup de chaleur.

 

1 - Les principales modifications

> Les intervenants en premiers soins peuvent vérifier si une personne présente des signes de faiblesse au visage, une faiblesse dans le bras ou une faible préhension d’un côté du corps ou un trouble de la parole pour déterminer si elle fait un AVC. Ils doivent alerter les services d’urgence quand cela se produit.

> Après avoir alerté les services d’urgence, les secouristes peuvent encourager les adultes conscients souffrant d’une douleur thoracique non traumatique à mâcher et à avaler 160mg à 325mg d’aspirine. Cette recommandation s’applique à tous les adultes, à l’exception de ceux qui sont allergiques à l’aspirine ou de ceux à qui des professionnels de la santé ont conseillé de ne pas prendre d’aspirine.

> Les garrots doivent être utilisés dès qu’ils sont disponibles pour traiter une hémorragie d’une extrémité mettant en jeu le pronostic vital ou une hémorragie d’une extrémité qui ne peut pas être maîtrisée par une pression directe.

> Une pression manuelle directe et l’utilisation d’un pansement hémostatique si possible sont la méthode à suivre pour traiter les blessures accompagnées d’une hémorragie externe mettant en jeu le pronostic vital qui ne se prêtent pas à l’utilisation d’un garrot ou pour traiter une hémorragie d’une extrémité en attendant qu’un garrot soit disponible.

> Pour les personnes souffrant d’une hyperthermie d’effort ou d’un coup de chaleur, l’immersion de tout le corps dans de l’eau froide est la technique la plus efficace pour réduire rapidement la température centrale et doit être amorcée dès que possible jusqu’à ce qu’une température de moins de 39 °C soit atteinte ou que les signes et symptômes du coup de chaleur disparaissent. Si l’immersion de tout le corps dans de l’eau froide est impossible, d’autres sortes de refroidissement comme les blocs réfrigérants, les douches froides et l’utilisation d’un ventilateur peuvent être des méthodes réalisables.

2 - Reconnaissance de l’AVC

2020 (version mise à jour) : Pour reconnaître un AVC possible, les intervenants en premiers soins peuvent vérifier les signes de faiblesse dans le visage, une faiblesse dans le bras ou une faible préhension d’un côté du corps ou un trouble de la parole et doivent alerter les services d’urgence dès que possible si l’un de ces signes est présent.

2015 (ancienne version) : L’utilisation d’un système d’évaluation de l’AVC par les intervenants en premiers soins est recommandée.

Pourquoi : L’AVC est une cause importante d’incapacité et de décès, et les résultats des patients ayant subi un AVC s’améliorent grâce à la reconnaissance rapide des signes de l’AVC et à l’accès rapide à des interventions lors desquelles chaque minute compte. Plusieurs outils de reconnaissance de l’AVC permettent de reconnaître un AVC par des signes de faiblesse au visage, au bras ou à la préhension d’un côté du corps ou de trouble de la parole. Des études d'observation et des outils de reconnaissance de l’AVC ont démontré une réduction de l’intervalle de temps entre l’apparition des symptômes et le traitement chez les patients ayant subi un AVC, de meilleurs taux de diagnostic de l’AVC et un délai amélioré avant de recevoir le traitement définitif, en particulier la thrombolyse.

3 - L’aspirine chez les adultes ayant une douleur thoracique non traumatique

2020 (version mise à jour) : En attendant l’arrivée des services d’urgence, les secouristes peuvent encourager les adultes conscients ayant une douleur thoracique non traumatique à mâcher et à avaler de l’aspirine, sauf si la personne présentant une douleur a une allergie connue à l’aspirine ou si un professionnel de la santé lui a conseillé de ne pas en prendre.

2015 (ancienne version) : En attendant l’arrivée des SMU, le secouriste peut demander à la personne présentant une douleur thoracique de mâcher un comprimé d’aspirine si les symptômes permettent de soupçonner une crise cardiaque et que la personne n’a pas d’antécédents d’allergie à l’aspirine ou de contre-indication, comme des saignements récents. Si la personne présente une douleur thoracique qui ne semble pas être d’origine cardiaque, ou si le secouriste n’est pas certain ou n’est pas à l’aise avec l’administration de l’aspirine, il ne doit pas encourager la personne à en prendre.

Pourquoi : L’aspirine administrée tôt à un patient faisant une crise cardiaque augmente les chances de survie dans certains cas. Dans les anciennes versions des lignes directrices, on conseillait aux intervenants en premiers soins d’offrir de l’aspirine seulement aux personnes présentant des symptômes de douleur thoracique évocateurs d’une crise cardiaque. Toutefois, il peut être difficile de faire la distinction entre une douleur thoracique due à une crise cardiaque et les douleurs thoraciques dues à d’autres causes. Même si aucune étude n’a été menée pour évaluer les avantages et les risques liés à l’administration d’aspirine par les intervenants en premiers soins à des personnes présentant une douleur thoracique non traumatique, le groupe de rédaction des lignes directrices ILCOR en matière de premiers soins était d’avis que les avantages potentiels de l’administration précoce d’aspirine l’emportent sur le risque potentiel lié à l’administration d’une dose unique d’aspirine. Cette recommandation s’applique à tous les adultes, à l’exception de ceux qui ont une allergie à l’aspirine ou de ceux à qui un professionnel de la santé a recommandé de ne pas en prendre.

4 - Maîtriser une hémorragie mettant en jeu le pronostic vital

2020 (nouveau) : Un garrot fabriqué industriellement doit être utilisé comme traitement de première ligne pour une hémorragie d’une extrémité mettant en jeu le pronostic vital et doit être mis en place dès que possible après que la blessure s’est produite. Si on ne dispose pas dans l’immédiat d’un garrot fabriqué industriellement, ou si ce type de garrot utilisé adéquatement ne permet pas d’arrêter l’hémorragie, une pression manuelle directe doit être appliquée et un pansement hémostatique doit être utilisé si possible pour traiter une hémorragie d’une extrémité mettant en jeu le pronostic vital. Lorsqu’une personne présente une hémorragie externe mettant en jeu le pronostic vital, il faut appliquer une pression manuelle directe pour permettre l’arrêt initial de l’hémorragie dans le cas des blessures qui ne se prêtent pas à l’utilisation d’un garrot fabriqué industriellement ou lorsqu’on ne dispose pas de ce type de garrot. Si un pansement hémostatique est à portée de main, il peut être utile en tant que traitement d’appoint à la pression manuelle directe pour traiter l’hémorragie externe mettant en jeu le pronostic vital.

Pourquoi : Les anciennes versions des lignes directrices présentent des recommandations relatives à la maîtrise d’une hémorragie. Les mises à jour ciblées de fin 2020 proposent de nouvelles recommandations pour les personnes victimes d’une hémorragie mettant en jeu le pronostic vital associée à une perte de sang rapide. Il est possible de reconnaître une hémorragie mettant en jeu le pronostic vital par la formation d’une flaque de sang au sol, du sang qui coule rapidement ou qui gicle d’une blessure ou un saignement qui ne s’arrête pas malgré une compression manuelle directe. Plusieurs études ont montré que les garrots peuvent arrêter l’hémorragie d’une extrémité de façon sécuritaire et réduire les cas de mortalité. Puisqu’il est possible qu’un garrot ne soit pas toujours à portée de main, une pression manuelle directe doit être appliquée jusqu’à ce que l’on puisse utiliser un garrot. Une pression manuelle directe doit aussi être appliquée dans le cas des hémorragies mettant en jeu le pronostic vital qui sont causées par des blessures qui ne se prêtent pas à l’utilisation d’un garrot. Les données probantes actuelles laissent penser que les pansements hémostatiques, qui sont des matériaux qui favorisent la coagulation sanguine, permettent une maîtrise de l’hémorragie plus rapide et une plus grande diminution de la perte de sang que la pression directe appliquée seule. Les intervenants en premiers soins peuvent utiliser les pansements hémostatiques en tant que traitement d’appoint à la pression manuelle directe.

5 - Techniques de refroidissement pour l’hyperthermie d'effort et le coup de chaleur

2020 (nouveau) : Lorsqu’un adulte ou un enfant présente une hyperthermie d’effort ou un coup de chaleur, les intervenants en premiers soins doivent transporter la personne hors de l’environnement chaud, retirer ses vêtements superflus, limiter l’effort et alerter les services d’urgence. Lorsqu’un adulte présente une hyperthermie d’effort ou un coup de chaleur, il est raisonnable d’amorcer immédiatement un refroidissement actif en utilisant les techniques d’immersion de tout le corps (jusqu’au cou) dans de l’eau froide (1 °C à 26 °C), lorsque cela est sécuritaire, jusqu’à ce que la température corporelle centrale soit inférieure à 39 °C ou que les symptômes neurologiques aient disparu. Lorsqu’un adulte présente une hyperthermie d’effort ou un coup de chaleur, il peut être raisonnable d’amorcer d’autres sortes de refroidissement actif, en utilisant notamment des blocs réfrigérants, des douches froides, des draps et des serviettes froids, des vestes et des gilets de refroidissement, l’évaporation, la ventilation ou une combinaison de techniques lorsque l’immersion dans l’eau est impossible.

Pourquoi : Le coup de chaleur est une urgence médicale caractérisée par une température corporelle centrale supérieure à 40°C [hyperthermie grave] et un dysfonctionnement du système nerveux central (confusion, convulsions, coma...). Les données actuelles montrent qu’il est important d'abaisser la température corporelle le plus rapidement possible chez les personnes qui présentent un coup de chaleur pour réduire le risque de lésions d’organe ou de décès. Les secouristes doivent transporter ces personnes hors de l’environnement chaud, retirer leurs vêtements superflus et alerter les services d’urgence. Les études montrent que pour les adultes, l’immersion de tout le corps (jusqu’au cou) est la technique la plus efficace pour réduire rapidement la température centrale et qu’il est raisonnable d’appliquer cette technique dès que possible après la reconnaissance d’un coup de chaleur. D’autres techniques de refroidissement, notamment les blocs réfrigérants, les douches froides, les draps et les serviettes froids, les vestes et les gilets de refroidissement, l’évaporation ou la ventilation sont aussi efficaces pour abaisser la température corporelle, mais ne le font pas aussi rapidement que l’immersion dans l’eau froide. Les recommandations de traitement ont été extrapolées aux enfants en l’absence d’études publiées sur les techniques de refroidissement chez ce groupe de patients.

Pour obtenir plus d'informations sur ces recommandations ou répondre à vos questions :

PSC1 et formation professionnelle > Décret du 19 Mars 2021

PSC1 et formation professionnelle > Décret du 19 Mars 2021

Le décret n° 2021-296 du 19 mars 2021 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence ne modifie pas les instructions précédemment transmises pour les formations aux gestes de premiers secours.

Pour rappel, afin de ne pas altérer les capacités opérationnelles présentes et à venir, les formations suivantes peuvent être dispensées : PSE1, PSE2, PAE FPS et PAE FdF.

Les formations PSC1 ne sont pas autorisées sauf si elles sont dispensées dans le cadre de la formation professionnelle. Ainsi, les candidats, qui doivent justifier d'un PSC1 pour pouvoir obtenir une licence (taxi..), pour exercer une profession (accueil, assistante maternelle..), pour suivre une formation professionnelle (instituteur, encadrement centre de loisir...) peuvent être formés au PSC1.

Mais également si elles sont dispensées dans les collèges et lycées dans les conditions telles que définies à l'article 36 du décret n°2020-1310, si elles sont dispensées pour les volontaires du service civique. Pour les trois exceptions ci-dessus, l'apport de connaissance en distanciel doit être utilisé quand le support existe. Les formations PAE FPSC peuvent être conduites. L'organisation des formations devront impérativement respecter les mesures sanitaires diffusées dans la note DGSCGC du 5 juin 2020.

Les sensibilisations aux gestes qui sauvent (GQS) doivent être suspendues.
Elles ne peuvent faire l'objet d'aucune dérogation.

Il est rappelé que les manquements aux présentes consignes pourront faire l'objet de suspension des habilitations ou des agréments de formation.

--

Lt Cedric BACOUP
DGSCGC