L'Assurance maladie (AMRP) vient de publier les chiffres de la sinistralité en France pour l'exercice 2018. Malheureusement, et comme en 2017, le nombre d’accidents du travail reconnus connaît encore une hausse. L'augmentation est de 2,9 % en 2018, après une augmentation de 1,1 % en 2017. 

Augmentation des accidents du travail dans tous les secteurs.

 - Interim et aide & soins à la personne > + 5,0 %
- Industrie du bois > + 4,5 %
- BTP > + 1.9%
- Métallurgie > + 2,2%
- Transport et Commerce alimentaire > + 2,4%

accidents du travail en 2018

Soit 1 accident toutes les 9 secondes !

Les principales causes des accidents du travail

Cette année encore les manutentions manuelles sont la cause d'un accident de travail sur deux ! Pourtant, le législateur impose dans l'Article R4541-8 du Code du Travail, que tout employeur doit faire suivre une formation gestes et postures aux travailleurs dont l'activité comporte des manutentions manuelles. Or, la plupart des employés doivent quotidiennement manutentionner des charges (aussi légères soient-elles) et des programmes d'ergonomie existent (PRAP, GP&TMS, APS ASD...).

%

dû à des manutentions manuelles

%

dû à des chutes de hauteur ou de plain pied

%

dû à de l'outillage à main

Accidents de trajet toujours en hausse depuis 2015

Les accidents de trajet, en hausse régulière depuis 2015, connaissent une augmentation plus importante en 2018. Pourtant, 91% des salariés sont confrontés quotidiennement aux risques routiers pour se rendre au travail ou rentrer au domicile. Or, très peu d'entreprises ont pris en compte ce risque comme un risque professionnel à part entière. Des programmes existent pour former des Formateurs à la prévention du Risque Routier afin qu'ils sensibilisent les salariés à ce risque de plus en plus préoccupant.

accidents de trajets en 2018

%

de hausse pour les accidents de trajet

Hausse des maladies professionnelles

Les maladies professionnelles (MP) ont augmenté de 2,1% en 2018 avec une forte causalité des troubles musculo-squelettiques (TMS) puisque 88% des MP en sont la conséquence directe ou indirecte. Il est également à noter l'apparition de 200 nouveaux cas d'affections psychiques (RPS) liées au travail.

43 506 cas de maladies professionnelles en lien avec les TMS.
Soit une hausse de 2,7% par rapport à 2017

990 cas de maladies professionnelles en lien avec les RPS.
Soit une hausse de 23% par rapport à 2017

Lombalgie et TMS : les conséquences

Les maladies regroupées sous le nom de TMS ont en commun d’être directement liées aux conditions de travail et d’occasionner des symptômes douloureux des membres (souvent supérieurs dans la majorité des cas recensés), ainsi qu’une réduction des capacités du salarié.

  • TMS entraînant des séquelles (IPP) 46%

En plus des conséquences sur les salariés, les troubles musculo-squelettiques peuvent également avoir un fort impact sur les entreprises et établissements, sur leurs performances et sur la pérennité de leurs activités.

millions d'euros ! C'est le coût direct des TMS versés chaque année par les entreprises

millions d'heures perdues, c'est ce que représente l'absentéisme TMS en 2018

millions de journées de travail perdues à cause des TMS et du mal de dos en France

mois d'arrêt en moyenne pour un accident du travail lié au mal de dos (lombalgie)

Les déclarations sont également impactées

Après une hausse de 3,4 % en 2017, le nombre de déclarations (tous risques confondus) a connu une augmentation quasi équivalente en 2018, de 3 %. Il y a eu 1,6 million de déclarations en 2018 dont 79% consacrées aux accidents du travail.

Reportage BFM sur ces nouveaux chiffres en hausse