Trois actifs sur cinq subissent le bruit tous les jours sur leur lieu de travail ! Cette exposition nocive pour la concentration, qui nourrit stress, manque de patience et troubles du sommeil doit être évaluée afin de l'intégrer dans le DUER (Document Unique d'Évaluation des Risques) pour être prise en compte in fine dans le CPP.

En matière de nuisances sonores, on pense plus facilement au marteau-piqueur au coin de la rue qu'à la sonnerie des téléphones en open space. Et pourtant… c'est bien 61% des actifs de plus de 35 ans qui se plaignent d'une exposition néfaste au bruit dans le cadre professionnel, plusieurs heures par jour.

Le bruit sur le lieu de travail a des effets sur la concentration ! En effet, c'est la première conséquence mentionnée par les actifs interrogés (32%), devant le stress (29%) et le manque de patience (27%).

Pourtant, les personnes exposées à cette nuisance n'identifient pas toujours la racine du problème : « Quand on travaille dans un milieu bruyant, on ne va pas forcément s'apercevoir qu'il y a du bruit parce qu'on va s'y habituer. Mais on va le subir. Tout est lié: le bruit va entraîner une perte auditive qui, elle, va entraîner du stress. Tout ça fait que la personne va être dans un mal-être », explique Mr Pontet, audioprothésiste.

Ces nuisances sonores en milieu professionnel ont un coût ! Au total, la facture s'établirait à 19,2 milliards d'euros par an, selon une étude du Conseil national du bruit et de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. Cela comprend les AT (1,2 milliard d'euros) et la perte de productivité (18 milliards d'euros). De plus, 11% des actifs seraient prêts à changer de métier pour échapper au bruit. Au global, cependant, la moitié n'envisage aucune action contre ces nuisances, pas même de lancer une alerte auprès de la médecine du travail.

Bien sûr, il y a des métiers où les niveaux sonores atteignent des sommets nécessitant le port de protections auditives et un suivi médical régulier. Dans l'industrie ou le BTP, malgré la prévention, la surdité professionnelle reste un enjeu.

Plus qu'une obligation, il apparaît donc fondamental d'intégrer le risque bruit dans votre évaluation des risques professionnels (EvRP) et plus particulièrement dans votre Document Unique (DUER) afin que ce risque soit reporté dans les CPP des salariés. Pour apprendre à rédiger votre Document Unique, pour former votre Référent Santé et Sécurité ou pour accompagner les entités à le réaliser > Devenez Auditeur / Rédacteur de DUER.

Poitiers, le 11 Mars 2021
CM France SST

Plus d'infos sur nos formations EvRP, RSST et DUER :